MAIRIE

Mairie : Le Bourg - 61220 CRAMÉNIL
Jour et heures d’ouverture :
Vendredi : 14 h à 17 h
Tél. 02 33 65 51 53
Courriel : mairie.cramenil@wanadoo.fr
Secrétaire de mairie : Christèle AMBROIS

Le Maire : Jean ONFROY

SALLE COMMUNALE

- Une salle communale, équipée pour 60 personnes avec coin cuisine.
- Une chaumière (8 m x 16 m).

S’adresser à la mairie pour tous renseignements.

PRÉSENTATION

La commune de Craménil appartient au territoire du Houlme. Son bourg est situé à 6 km au nord de Briouze, à 13 km à l'ouest de Putanges-Pont-Écrepin et à 16 km à l'est de Flers.
Le point culminant (253 m) se situe en limite sud-ouest, près du lieu-dit la Chevallerie, la cote 250 étant également atteinte par une colline au nord. Le point le plus bas (174 m) correspond à la sortie de la Rouvre du territoire, au nord-ouest. La commune est bocagère.

Nombre d’habitants : 169 Craménilois
En 1821, Craménil (425 habitants) absorbe Chêne-Sec (126 habitants) à l'est de son territoire.
Superficie : 809 hectares
Altitude : 177 à 252 m
Cours d'eau : la Rouvre. Ruisseau de la Haie, de Maufy, le Bel-Argent

SON ORIGINE

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cramenil, Crasmenil en 1247. Il s'agit d'une formation médiévale en -mesnil, simplifié orthographiquement en -ménil, appellatif toponymique issu du gallo-roman septentrional MANSIONILE et qui désignait une sorte d'exploitation rurale et qui est particulièrement répandu en Normandie.
Le premier élément est plus complexe à identifier. Il est peut être issu de l'ancien français cras, « gras », « riche », « fertile » (du latin crassus), et désignerait donc un domaine fertile, riche.
Cependant, si le sens de l'ancien français cras « gras », d'où « fertile » pour une terre est attesté, sa signification est souvent proche de celle qu'avait l'étymon latin crassus, c'est-à-dire négative, « épais, gras, (trop) gros, grossier », etc. En ancien français, cras veut donc dire également « crasseux, grossier », et en tant que substantif, « graisse » et « crasse ».
On note également que les formations en -mesnil, -ménil sont le plus souvent précédées d'un anthroponyme qui peut être germanique ou scandinave (en Normandie), tout comme celles en -ville. En outre, le toponyme Crame[s]nil semble être seulement typique de la Normandie, où il existe au moins deux autres Cramesnil, inclus dans les nouvelles communes de Saint-Aignan-de-Cramesnil (Calvados, Crassum Mesnillum 1070) et Saint-Vincent-Cramesnil (Seine-Maritime, Crasmesnil XIIe siècle).

À DÉCOUVRIR

Église Saint-Laurent, construite en 1885, en pierre et granit
- Une pierre tombale du XVIIe siècle, située dans le mur de la nef
- Statue Notre-Dame-de-Recouvrance
- Depuis 2007, une messe est célébrée un dimanche d’Août

4 ponts dits "Romains"
Ces ponts sont inscrits, depuis 1993, à l'inventaire des Monuments Historiques. Ils sont accessibles à pied (à l’exception du Pont de la Raulette qui est privé), si vous suivez le circuit « Les Ponts dits Romains », circuit n°10 du topoguide de randonnées « Le Pays de Briouze », en vente au prix de 5 €, à l’Espace Culturel du Houlme et dans les Offices de Tourisme de Putanges, Flers, la Roche d’Oëtre et la Ferté-Macé.
- le Pont Neuf
- le Pont de Raulette
- le Pont de la Motte
- le Pont de Chêne-sec

Un Menhir, l'affiloir, ou la pierre de Gargantua
Classé en 1889 aux Monuments Historiques

Légendes de Craménil
Deux légendes reviennent souvent lorsque l'on parle de Gargantua dans la région de Craménil. Ce Menhir en granit rouge, de plus de 3 m de hauteur avec ses quatre faces régulières nous interpelle.

Première légende
Le diable et Saint Pierre se lançaient des défis pour faucher l'herbe de près. Le diable, peut-être Gargantua, fauchait 7 acres par jour. Saint Pierre allait plus vite et fauchait mieux sans affiler. Pris de dépit, Gargantua lança sa pierre affiloire au hasard. Elle alla se planter dans le pré de Grandouit où elle est encore.

Deuxième légende
Sainte Opportune avait embauché Gargantua pour faucher les prés de son domaine. Trouvant que le travail n'avançait guère, elle surveilla Gargantua. Un jour, elle le trouva endormi à l'ombre d'une haie. D'un bon coup de pied dans les côtes, elle réveilla le paresseux. Gargantua, vexé et furieux, lança sa pierre affiloire dans le pré où elle se planta.

À voir aussi
- 16 croix et calvaires répertoriés
- Une croix de 1786 près de la mairie, une de 1773 près de l'église
- Deux lavoirs, un au village du Bois et un autre au village de la Foutelaie



Communauté de Communes du Val d'Orne - 8 Grande Rue - Putanges-Pont-Ecrépin - 61210 PUTANGES-LE-LAC
Tél. 02 33 36 93 73 - Fax : 02 33 36 93 75 - courriel : cdc.valdorne@orange.fr

Mentions légales - Plan d'accès