02 33 36 93 73
Putanges-Pont-Ecrépin

PUTANGES-PONT-ECRÉPIN

PUTANGES-PONT-ECRÉPIN

 

MAIRIE

Jours et heures d’ouverture :
Lundi au vendredi : 9 h à 12 h & 14 h à 17 h
Samedi : 9 h à 12 h

Tél. 02 33 35 00 25 - Fax : 02 33 35 49 50
Courriel :
mairie.putanges.61@wanadoo.fr
www.ville-putanges.fr
Mairie :
Place de l'Hôtel de Ville - Putanges-Pont-Ecrépin
61210 PUTANGES-LE-LAC



PRÉSENTATION

Population : 1061 habitants
Altitude : Minimum 121 m, Maximum 241 m
Superficie : 1 012 hectares

La commune historique de Putanges-Pont-Ecrépin est née de la fusion de deux anciennes communes situées de part et d’autre de l’Orne. Elle a obtenu deux fleurs auprès du label « Villes et Villages Fleuris »
Pour information, une borne de recharge pour véhicules électriques et hybrides est à votre disposition place de l'Hôtel de Ville.

Les habitants sont des Putangeois

 

HISTORIQUE

L’origine étymologique du nom Putanges-Pont-Ecrépin viendrait de la profonde vallée de l’Orne « Puteus Angularis » puis en forme latine « Putangulum » et « Putangle » que l’on relève au XIVe siècle. Le village de Putanges s’est implanté, au XIIIe siècle, sur un coteau surplombant une boucle de la rivière. Il en reste encore aujourd’hui, au lieu-dit nommé le Vieux-Putanges, un manoir flanqué de sa chapelle et d’un cimetière. C’est un peu plus bas, au bord de l’Orne, que s’est réellement développé le village, autour du travail du fer. Au cœur de la Suisse Normande, le charme de ce village n’a pas laissé insensible l’écrivain normand, ami de Baudelaire, Gustave Levavasseur (1819-1896) : « Tout le monde connaît l’admirable vallon au milieu duquel est assis, sur le granit, le bourg de Putanges »… « Souvent même les roches brutes et frustes ont l’air de monter jusqu’au premier étage. Les maisons semblent des nids d’aigle au faîte d’un rocher … »

Putanges-Pont-Ecrépin Pont-Ecrépin

Dans toute la région, la richesse du sol en minerai de fer est facile à constater. L’exploitation à découvert de ce minerai, donne naissance à la « Forge », construite, au fond de la vallée, au bord de l’Orne.
Il résulte de l’acte de vente de le Terre et de Seigneurie de Putanges, par Richard de Beaumais à Thomas Morell, Sieur de Torps, par contrat du 8 septembre 1554, reconnu devant les Tabellions de Falaise, le 14 du même mois, que « La Grosse Forge » de Putanges était en activité dès le commencement du règne de Henri II, et peut-être même auparavant.
La Forge de Putanges connaît une grande activité ; on y produit, non seulement de la fonte, du fer en barres, des « plattes et barbeaux » pour socs de charrue, des bandages pour roues de charrettes, mais aussi des contrefeux de fonte. On peut voir encore, dans quelques maisons de la région, de très rares « Contrefeux » frappés aux armes de la famille des Morell, Seigneur de Putanges : « D’or au Lion de Sinoples, armé et lampassé de gueules couronné d’argent ».
C’est en 1756 qu’une société est formée dans le but d’établir une manufacture d’Artillerie à Putanges sous le nom de Louis Rebut et François Delaunay au Havre. Cette société fournit en canons le Ministère de la Marine.

Putanges-Pont-Ecrépin Embarcadère

PONT-ECRÉPIN

Pendant que Putanges tire son activité de l’industrie du fer, de l’autre côté de l’Orne, à flanc de coteau, une autre bourgade prend naissance et commence à se développer.
Placé à l’embranchement des chemins de Falaise, d’Argentan et de la Ferté-Macé, ce bourg, dès le Moyen-Âge, est un centre commercial actif : chapelleries, draperies et surtout « tanneries » qui vont rester très florissantes jusqu’au XVIIIe siècle.
De cette industrie du cuir, la bourgade tire son nom de « Pont Es Crespins ». Les tanneries se situent sur les rives du ruisseau torrentueux, venant des villages de Fumeçon et des Vaux, descendant la colline et se jetant dans l’Orne, aux abords du pont.
Quelques vieilles maisons et ateliers de tanneurs ont subsisté jusqu’à la guerre 1939-1945, dans le bourg actuel. À cette activité du cuir s’en ajoute une autre : celle des Tisserands.

Il est curieux également de connaître le motif de la construction de l’Église actuelle, au clocher si pittoresque se reflétant dans l’Orne. Après la Révolution, vers l’an 1812, au moment de la grande réforme administrative de l’Empire, chacune des deux bourgades prend de l’importance et sont liées pour ainsi dire l’une à l’autre, l’Orne les séparant. Pont-Es-Crespins demande de s’unir à la voisine, Putanges, pour ne faire qu’une seule et même commune. Putanges refuse cette union.
En revanche, les édiles de Pont Es Crespins, dans l’espoir d’obtenir le « Doyénné » (Putanges à cette époque possède toujours son église au siège primitif du Vieux Putanges, à 1 km environ du bourg) firent alors construire, 1922, l’actuelle église sur le haut de « la Roche », d’où elle domine la vallée et donne à ce site un cachet tout particulier.
Son clocher, en forme d’éteignoir, a été conçu par le Curé de l’époque venant de la Cure de Isenheim, près de Rouffac, en Alsace. On peut en voir dans la vallée du Danube, une quinzaine de ce genre. Putanges et ses édiles, devant le danger de se voir retirer le « Doyénné », décident la construction d’une église paroissiale au sein de l’agglomération. Elle est érigée en 1824 et existe encore de nos jours.


Circuits de randonnées

Pédestre : circuits N°1et N°12 du topo-guide "Val d'Orne en Suisse Normande"
VTT : circuits N°37 et N°38 du topo-guide "Espace VTT-FFC Suisse Normande"
Circuit promenade dans les rues de Putanges et circuit du Lac, disponibles à l'Office de Tourisme

Putanges-le-Lac

Commune historique suivante

Putanges-le-Lac Commune historique suivante
COMMUNAUTÉ DE COMMUNES
DU VAL D'ORNE
8 Grande Rue - Putanges-Pont-Ecrépin
61210 PUTANGES-LE-LAC
Tél. 02 33 36 93 73