MAIRIE

Jours et heures d’ouverture :
Lundi et jeudi : 10h00 à 12h00
Tél. / Fax : 02 33 36 62 30
Courriel : mairie.menilvin@gmail.com
Secrétaire : Stéphanie CHEVALLIER

Le Maire : Régis DUCHESNE

1er adjoint : Jean-Claude BONNIGAL

Les Conseillers Municipaux :
  • Françoise DUCHESNE
  • Céline AUVOLAT
  • Roland RAUX
  • Philippe LEFORESTIER
  • Marie-Hélène de SAINT MAXENT
Les habitants sont des Ménil-vinois

PRÉSENTATION

S’étendant sur environ 351 Ha et limitrophe du Calvados, la commune de Ménil-Vin est délimitée par des cours d'eau se deversant dans l'Orne: le ruisseau de Boulaire, la Baize et le ruisseau des Prés Pillus. Le sous-sol est entièrement constitué de shiste et de grés. La commune compte 66 habitants.

HISTORIQUE

Autrefois, l’existence d’un moulin foulon laisse supposer un élevage de moutons et la présence de tisserands de draps. On pouvait également rencontrer maréchal, meunier, nourrices, couvreur et marchand. Les lieux-dits : « La Vigne » doit venir de la récolte de raisin, « Canteloup » a été le repaire de loups, « Le Moulin » est un ensemble de ruines : l’usine ayant cessé son activité en 1945, la chute d’eau a été affectée à la production de courant vendu à EDF.  Quant à la « Butte Dieu » sur le plateau à droite en direction de « Canteloup » se rattache une curieuse légende : « cet emplacement avait été choisi pour construire l’église. Les travaux étaient en cours ; un matin les ouvriers arrivant constatèrent que les pierres déjà posées avaient été enlevées dans la nuit ; on vit là la preuve que ce lieu n’était pas agréable à Dieu. Un maçon proposa de jeter en l’air son marteau. Là où il retomba fut construite l’église. La fête patronale est la « Saint Pierre ».

POURQUOI MÉNIL-VIN N'EST PAS DU CALVADOS ?

La formation de notre département en 1790, avec la Baize comme limite septentrionale, souleva la colère des Falaisiens qui espéraient pour cette démarcation la rivière de l'Orne afin de conserver dans leur district un groupe de paroisses se rattachant économiquement et judiciairement à Falaise et qui passaient ainsi à l'Orne. Or, même cette limite de la Baize, qui eût laissé Ménil-Vin au Calvados, ne fut pas respectée. Vraisemblablement cette paroisse n'éleva aucune protestation et peut-être même se rangea-t-elle à l'avis de Bazoches-au-Houlme, son chef-lieu de canton, qui le 5 septembre 1790 déclarait expressément vouloir appartenir à l'Orne et au district d'Argentan. La loi du 27 octobre 1801 supprima plusieurs cantons de l'Orne, dont celui de Bazoches, ses communes furent ajoutées au canton de Putanges.
En 1820, Falaise ayant réclamé pour son arrondissement 33 communes ornaises, dont celles du canton déchu, Bazoches, le 16 juillet signifia énergiquement sa volonté de rester rattaché à l'Orne et à l'arrondissement d' Argentan. Cependant, dans l'espoir de recouvrer son rang éminent, Bazoches, le 15 mai 1832, changeant d'opinion, sollicita d'être attribué au Calvados : on peut penser que Ménil-Vin dans les deux circonstances ait suivi Bazoches. Cette subite volte-face indisposa l'administration qui maintint les choses en l'état.

LA GARE

La ligne de Chemin de Fer Couliboeuf-Falaise-Berjou raccordait les lignes Caen-Laval et Caen-Le Mans. Créée en 1873, elle empruntait à travers la Suisse Normande un parcours pittoresque. Ponts, viaducs (viaduc de Boulaire), tranchées profondes dans le roc, tunnel (à travers la colline de Canteloup) ou passages en corniche se succédaient. Pour les nécessités de la défense nationale, en 1918, la voie fut démontée. Rétablie, ce furent les Allemands qui emportèrent les rails. Elle ne fut pas refaite, le maintien des lignes secondaires déficitaires ne se justifiant plus dans des régions de faible peuplement et où se répandent les moyens de transport particuliers.
Ensuite, le viaduc de Boulaire fut démoli en 1959. Il franchissait la vallée de Boulaire sur une longueur de 120 m, à une hauteur de 37m par le moyen de trois arches posées sur des piles à plan rectangulaire, distantes l'une de l'autre de 40m, construites de briques avec des angles et des bases en granit de Ste-Honorine. Le tablier du Pont représentant un poids de 270 tonnes fut pièce à pièce découpé au chalumeau ; alors sa partie centrale s'effondra dans la vallée. Ce fut un spectacle qui attira de nombreux visiteurs et fut même filmé par la R.T.F. On craignait que l'emploi d'explosifs causât des dégâts aux fermes avoisinantes et on laissa debout les piles qui restèrent tendues vers le ciel.
La récupération du ballast de la ligne depuis Ménil-Vin, en faisant de celle-ci une voie carrossable, permet maintenant d'accéder facilement au tunnel puis au viaduc. Il suffit de prendre le chemin de Canteloup et , à 200m du bourg, de prendre à gauche, juste sous la ligne haute tension, le chemin empierré qui n'est autre que l'ancienne voie ferrée. C'est une promenade agréable. Le tunnel, long de 150m, se traverse aisément à pied, bien qu'un peu boueux. Il décrit une courbe. Le viaduc est à 200m. On y découvre un beau panorama sur la vallée de la Boulaire.

L'ÉGLISE

C'est une église romane entourée d'un cimetière où l'if, probablement millénaire, mesure 3 m 50 de circonférence. Bien qu'ayant subi des remaniements et des restaurations, elle possède des parties très anciennes en arête de poisson ( X ou XIème siècle). La tour-clocher, imposante et élégante, bâtie de granit, calcaire, schiste et briques s'effile en une flèche d'ardoises. Au nord, un beau cadran solaire à chiffres gothiques est accroché au rampant de la porte.
A l'intérieur, le retable de pierre est constitué par quatre colonnes aux chapiteaux corinthiens. Les intervalles sont occupés par des statues sulpiciennes : St Pierre, patron de la paroisse, côté évangile et Notre-Dame du Sacré-Coeur de Jésus, côté épître. Au centre est peinte une descente de croix. La voûte est en lambris et le sol dallé de pierres blanches. On découvre dans l'édifice trois statues anciennes : un Christ en bois, une vierge en terre cuite et un St-Etienne en bois (en dalmatique rouge à bordure d'or, la manipule au bras gauche et le livre des évangiles dans la main droite).

Circuit de randonnée

Pédestre : circuit N°14 du topo-guide "Val d'Orne en Suisse Normande"


Communauté de Communes du Val d'Orne - 8 Grande Rue - Putanges-Pont-Ecrépin - 61210 PUTANGES-LE-LAC
Tél. 02 33 36 93 73 - Fax : 02 33 36 93 75 - courriel : cdc.valdorne@orange.fr

Mentions légales - Plan d'accès